web

design

Client: 20 Minutes

Objet : création d'un article long,

la 21e Minute, lié à la sortie

de Cinquante nuance de gris.

Projet

Le format long permet d'approfondir

un article, d'enrichir le contenu d'éléments interactifs et d'informations visuelles supplémentaires.
Dans le cas de Fouette-moi, la thématique du sujet se prêtait parfaitement aux infographies et

à la suggestion déguisée du plaisir.

«Cinquante nuances de Grey a permis de se rendre compte que les femmes n’avaient pas forcément envie de faire l’amour

dans un lit sur pétales de roses, et que quelques épines sur les roses étaient les bienvenues.»

« Je t'aime aussi, Christian. Je t'aimerai toujours. »

Sur cette dernière déclaration d'amour d'Ana à Christian, la trilogie se referme. Mais les lecteurs haletants espèrent une suite. La « 21e Minute » a imaginé comment pourrait débuter le tome 4 de Cinquante nuances de Grey. Quelle serait votre suite préférée  ?

A vos marques, prêt, partez...

 

50 nuances sans Grey

Dix ans. Incroyable comme le temps passe vite. Alors que mon fils Ted souffle les dix bougies de son gâteau d’anniversaire, je reçois un message sur mon portable: « N’oublie pas, Ted vendredi 18h, pétantes.. » Mon ex-mari est toujours aussi autoritaire mais en plus, depuis que nous avons divorcé, il est malpoli. Christian, à qui j'ai donné ma jeunesse, ma virginité et mon amour, pour qui j'ai enduré les marques de menottes et les traces de fouet, ce Christian me parle maintenant comme à un chien. Et même pas dans un but érotique. Heureusement que la pension alimentaire qu'il me verse pourrait nourrir une famille de 30 personnes. Et que ma libido survit grâce à Elliott, son frère, qui semble aussi doué que lui pour me donner du plaisir. L'idée que ma meilleure amie, Kate, soit cocue, ne me paraît même plus insupportable. Pourvu qu'elle ne découvre pas notre liaison…

 

50 nuances ruinées

Encore une fois, il a fallu partager un cookie en six. Et se contenter de cela pour tout repas. Christian a beau faire semblant de bien le vivre, sa mauvaise mine et sa maigreur parlent d'elles-mêmes. Sans compter les traces des nuits où il s'enivre pour oublier la faillite de Grey Enterprises Holding Inc., le procès atroce qui l'a laissé sans un sou, la vente de tous ses biens, y compris les accessoires qui composaient la Chambre rouge, et la honte qu'il a ressenti lorsque nous nous sommes installés dans un deux-pièces miteux dans la banlieue de San Francisco. Nos quatre enfants ne devaient pas vivre comme ça. Christian s'en veut tellement qu'il me demande maintenant de le fouetter et de le battre pour le punir. Mais nous ne pouvons plus crier trop fort: les enfants dorment derrière un mur en carton. Je ne vois plus qu'une solution pour nous tirer de ce taudis: vendre mes talents sexuels…

 

50 nuances internées

« Fouette-moi, fouette-moi ». Je hurle mais personne ne m'entend. Du fond de ma chambre, de ma cellule devrais-je dire, mon excitation extrême ne me sert à rien: Christian ne viendra pas me prendre sauvagement comme il savait si bien le faire. Plus j'y pense et plus je chancelle, c'est un cercle vicieux. Le psychiatre m'a bien prévenue: « Ana, si vous recommencez à ululer seule la nuit, je vais devoir doubler votre dose de Lexomil. » Mais rien n'y fait, je suis toujours au bord de l'évanouissement tellement je désire Christian. Les médecins ont essayé de m'attacher au lit pour me calmer: ils sont stupides ou quoi? Je n'ai pas vu Christian depuis mon arrivée à l'hôpital, c'est lui qui m'a amenée ici le jour où, après dix heures de baise non-stop, j'ai hurlé « Encore », réveillant nos deux enfants. Je suis arrivée ici avec un plug anal encore en moi. Je l'ai caché dans ma cellule. Il est bien pointu, bien lourd. J'ai réfléchi à différentes manières de l'utiliser. Des manières létales. La prochaine fois que le psychiatre entre dans ma chambre, il ferait bien de se méfier…

Des pictos accompagnent le lecteur dans sa navigation